Maj’noun
Voir l'image d'origine  Maj’noun-
  • Film de Hazem Berrabah
  • Durée : 70 min - 2013 - Tunisie
  • « Maj’noun » est un chant d’amour libre, qui met en scène le corps à travers la danse contemporaine. C’est un poème d’images, suspendu dans le temps et l’espace, inspiré librement de « Maj’noun Layla » de Qays Ibn El Moulawah et du « Fou d’Elsa » de Louis Aragon. Un film sans paroles.


    "Maj'noun" is a view -both personal and universal-, of a surreal expression, which depicts the body through contemporary dance. It is a free love song, that transcends the limits of language, culture, religion, space and time. It is freely inspired by "Layla Maj'noun" Qays Ibn El Moulawah and "Fou d'Elsa" by Louis Aragon. A movie with no dialogue.


    Dans un village du désert, elle a disparu, Maj’noun fou d’amour, part à sa recherche. Réalité ou utopie … Les portes du village les séparent, l’immensité du désert les éloignent. La folie de maj’noun alimente le feu de son désir, il le conduit à l’extase l’absence. Son corps s’épuise dans cette quête, va-t-il le mener à elle ?


    In a desert village, she has disappeared, Maj'noun mad with love, goes searching for, Reality or utopia ... The village gates between them, The vastness of the desert  seperates them. The madness of maj'noun feeds the fire of his desire, it leads him to the ecstasy of the absence. His body is exhausted in this quest, will it lead him to her ?


    BONUS


    « DIAPORAMA DE PHOTOS DE TOURNAGE »


    « MAKING-OF, REGARD DES DANSEURS » AVEC eLSA PERNOT ET SARATH AMARASINGAM (26 MINUTES)


    « MAKING-OF, CREATION DE LA MUSIQUE » AVEC CEDRIC PERRAS (12 MINUTES)


    « REFUGE » COURT-METRAGE DE HAZEM BERRABAH & JULIEN GUILLERY (2007, 5 MINUTES). Dans les bois, un autochtone découvre une jeune femme inconsciente. Il la recueille à son domicile où il prend soin d’elle… L’homme se montre exagérément soigneux jusqu’à considérer cette jeune femme comme un objet de collection.


    VOIR LA BANDE-ANNONCE


    Article de Tarek Ben Chaabane Paru dans "La vague" N°3 - Décembre 2013 :