Le Rouge de Chine
Voir l'image d'origine  Le Rouge de Chine-
  • Film de Jacques Richard
  • Durée : 80 min - 2012 - France
  • Cinq personnages romantiques partagent leur vie dans un vaste château. Chacun à sa manière est à la recherche d’un absolu : J. erre dans les cimetière, B. astique des armes, C. provoque des aventures amoureuses, A. parcourt les forêts sur son cheval, et F. répète dans un groupe rock. A. et J. nourrissent une idylle qui les entraîne en voyage « initiatique ». Différents états d’âme les traversent, doux mélange qui leur fera redécouvrir le monde de l’enfance et des châteaux hantés… Sonorisé avec la voix d’Antonin Artaud, tourné avec un procédé photographique très contrasté, Le rouge de chine renvoie aux origines du cinématographe.



    Sélections aux Festivals de Taormina, New York, Belfast, Athènes, Hyères...


    « Le lyrisme éperdu des images emporte tout ce qui pourrait paraître théorique et difficile, et il y a fort à parier que ces impressions sur pellicule dont on a jamais vu l’équivalent, vont créer un sérieux choc auprès des cinéphiles. » Frédéric MITTERRAND – 20 ANS


    « Jacques Richard est un chercheur sur pellicule. Son film a été travaillé à partir d’un désir de retrouver la magie du noir et blanc contrasté des débuts du cinéma muet. » LE MATIN


    « Une certaine élégance, une certaine dignité, plus que du savoir-faire, une sincérité qui est une forme de talent. Le raffinement et l’élégance sensible de Jacques Richard sont indéniables. » L’HUMANITÉ


    « On se laisse séduire par ces éclats de voix et par les images de ce film  troublant, d’une étrange beauté, par ce conte de la folie pas ordinaire. » LES NOUVELLES LITTÉRAIRES


    « Un travail non-narratif, dans la lignée de Fata Morgana de Werner Hezog. Ce film fait aussi penser à Feuillade, à Murnau… Étrangement érotique, sans être pourtant explicitement sexuel. » FILMS DIRECTIONS


    « Voyage au pays de l’enfance et  des visions instinctives du cinéma primitif, ce film parle directement à nos phantasmes, à notre sensibilité par le recours à un étonnant équilibre plastique qui frise la composition abstraite. » ÉCRAN 79


    BONUS : Interview de Jacques Richard.