Le théâtre des passions
Voir l'image d'origine  Le théâtre des passions-
  • Film de Benjamin Danon
  • Durée : 78 min - 2012 - France
  • Musique, déclamation, rhétorique gestuelle baroque au Château d’Assas. Le 10 septembre 2006, au salon de musique du Château d’Assas, a eu lieu un concert-spectacle, "Le Théâtre des Passions", destiné à montrer les liens indissociables qui unissent la musique baroque à la déclamation : même tactus (le rythme cardiaque), même discours, mêmes affects. La musique parle, la parole chante. La captation de ce concert, réalisée avec quatre caméras, comprend trois parties.


    PARTIE I (25 minutes) - « La poésie précieuse ». Extraits du « 7ème Ordre de Pièces de clavecin » de François Couperin (1668 – 1733). La préciosité est un grand mouvement intellectuel et littéraire qui trouve son origine au XVIe siècle, en France, avec les poètes de la Pléiade. Elle a connu son apogée dans la première partie du XVIIIe siècle (1660). La musique de clavecin de François Couperin s’en nourrit encore dans son expressivité et sa poésie. Les pièces jouées ici sont extraites du 7ème Ordre du 2ème Livre de clavecin. La première pièce de cet Ordre s’intitule « La Menetou ». C’est un portait en musique d’une ravissante jeune fille, claveciniste prodige qui joua devant Louis XIV. Cet Ordre célèbre donc la grâce, la beauté, la jeunesse et la naissance de l’amour…


    PARTIE II (21 minutes) - Extraits de « Phèdre » de Jean Racine (1639  - 1699) Extraits des « Suites de Pièces de Clavecin » de Jean Henry d’Anglebert. Chacun connaît l’amour fatal de Phèdre pour son beau-fils Hippolyte, le refus d’Hippolyte, le désespoir et la colère d’Hippolyte, sa vengeance, ses remords, sa folie et la mort. L’ensemble texte-musique forme ici un tout indissociable dans son aspect à la fois tragique et théâtral.


    PARTIE III (22 minutes) - Extraits de « Médée » de Pierre Corneille (1606 – 1684). Extraits de la « 5ème suite de Pièces de clavecin » d’Antoine Forqueray (1672 – 1745) &  « La Vertigo » de Pancrace Royer (1705 – 1755). La trahison de Jason, le désespoir de Médée dans son désir d’absolu… la musique déclamatoire de Forqueray se conjugue aux vers de Corneille et illustre les affres de Médée jusqu’à la décision inéluctable…


    INTERACTIVITÉ. Chaque partie est proposée sous deux versions différentes. Un premier montage multiangle met l'accent sur l’aspect musical et théâtral grâce à la multiplication des points de vue. Un autre montage propose une vision du personnage en entier, cette fois-ci sous un seul angle, un point de vue unique et frontal mettant en valeur la rhétorique gestuelle et la déclamation.


    •    Conception, déclamation, rhétorique gestuelle Jocelyne Chaptal

    •    Clavecin Nicolau de Figueiredo

    •    Lumières-cadrage Claude Maurin

    •    Photo Charles Camberoque

    •    Conseiller artistique Henri Prunières

    •    Réalisation Benjamin Danon

    •    Production CYCLOPE-IMAGES