ESPACE, ARCHITECTURE, TERRITOIRE, MÉMOIRE...
Voir l'image d'origine  ESPACE, ARCHITECTURE, TERRITOIRE, MÉMOIRE... -
  • Film de Julien Donada
  • Durée : 65 min - 2008 - France
  • Les cinq courts métrages de Julien Donada présentés ici posent un regard et proposent une interprétation de divers lieux, qu’ils soient à l’échelle d’un pays, d’une ville, d’un bâtiment. Chaque film est un essai qui jongle avec le vide, le plein, la frontière, le symbole et l’absence...


    "Soudain, la Grande Motte" (22 minutes, 2008)

    Ce film est un portrait de la célèbre station balnéaire. Les images ont été tournées sous le soleil hivernal alors que la ville est déserte, le son a été enregistré l’été quand les rues et les plages sont bondées. Ils sont touristes, commerçants ou habitants de la Grande Motte, leurs voix se mêlent les unes aux autres pour raconter comment on habite cette ville, comment on la perçoit et qu’est ce qui fait qu’ici, ça ne ressemble à nulle part ailleurs...



    "6 mètres avant Paris" (5 min., 2009)

    Plus de cent panneaux « PARIS » encercle la Capitale. Paris commence en banlieue à plusieurs dizaines de mètres du Périphérique. 6 mètres avant Paris est l’expérience  d’un voyage autour de Paris en 5 minutes chrono.



    "Georgia in Georgia" (7 min., 2008)

    Dans quel espace, intérieur/extérieur, vivent les 5 millions de personnes de ce petit pays coincé entre les montagnes et la mer ? Georgia in Georgia est un film photographié, qui mêle le visage d’hommes et de femmes aux paysages urbains et ruraux de la Géorgie, ancienne République de l’Union Soviétique.



    "À propos du bunker" (16 min., 1996)

    En 1964, Claude Parent et Paul Virilio construisent une Église à Nevers avec un parti prit radical : elle est en béton brut et ressemble à un bunker perdu au milieu des pavillons en meulières. Le film décrypte cet étrange bâtiment pour comprendre son architecture.



    "Un Automne en Pologne" (15 min., 1996)

    Un voyage en Pologne à la rencontre des traces et de la mémoire juive du pays.  L’espace et l’architecture deviennent un support à l’imagination. Imaginer pour faire revivre ce qui n’existe plus.